Douze sociétés privées opérant


Douze sociétés privées ont fourni en 2019 une lettre de volonté d'entrer sur le marché boursier, ce qui produit "l'ambition" des PME, a déclaré hier le président de la Commission de gestion du marketing de supervision (COSOB), Abdelhakim Berrah.

Il y a neuf petites et moyennes entreprises (PME) et une grande entreprise, "ALMAG", qui est une production professionnelle de margarine et ses dérivés, a expliqué Berrah dans un entretien avec APS. . Les PME suivantes sont une société «S-five», spécialisée dans le traitement des eaux usées, «Nopal Algeria» (cosmétiques), «UFMATP» (équipements de travail publics), «ALG» (aliments) et «Casbah». (usine de village). Les disques de quatre autres sociétés sont toujours en "croissance", selon Berrah. Cependant, ces PME, qui ont une comptabilité précise, connaissent un manque de capacité pour faire face aux demandes du marché et un manque de financement. L'introduction en bourse en décembre 2018 de la première PME "AOM Invest" a suscité l'intérêt de ce marché auprès d'autres sociétés de cette catégorie. Cette "ambition" a également été encouragée par les efforts de communication et de sensibilisation déployés par la SGBV et la COSOB entre les PME et les entreprises. En ce qui concerne les conditions d’entrée sur le marché boursier, M. Berrah a indiqué qu’il se tournait principalement vers le SPA (With Company Company) pour ouvrir son capital à au moins 10%, l’écart d’investisseurs de trois institutions ou de 50 actionnaires ordinaires (le grand public). ).

Le secteur public devrait donner l'exemple

La société du demandeur doit être avant tout, a-t-il déclaré, faisant preuve de "discipline" en matière de gestion. Par conséquent, il doit être clair, de fournir, avec son inscription, toutes les informations de son histoire et de son statut financier, ainsi que par des rapports réguliers, immédiatement publiés, de ses résultats ou de tout événement susceptible d'intéresser ses actionnaires. Cependant, malgré l'enthousiasme des entreprises privées, le "désintérêt" des entreprises à la bourse est toujours "très connu", s'est-il écrié. Selon M. Berrah, une entreprise active de 3 millions de personnes en Algérie, dont 700 000 PME, la Bourse d'Alger, après 20 ans d'existence, ne compte que six sociétés: Saidal, El Aurassi (public), Alliance Insurance, NCA. Rouiba, Biopharm et AOM Investing (personnel), ainsi qu'un capital de marché d'environ 45 millions USD. Bien que la nature de ce manque d’intérêt soit différente, Berrah estime que "le manque de grandes sociétés ouvertes sur ce marché est une source majeure". À trois reprises, le gouvernement dispose d'une liste fixe de sociétés ouvertes introduites en bourse. Et chaque fois, "à cause d'un changement financier, d'un changement de cap ou pour d'autres problèmes, la situation était revenue", a-t-il déploré. Pour des raisons qui "empêchent" le traitement des entreprises publiques sur le marché boursier, M. Berrah a expliqué qu'avec le financement supplémentaire enregistré ces dernières années, le choix du partenariat public-privé avait été annoncé avant son abandon. "Peut-être que les gestionnaires publics ne connaissent pas la position du marché boursier", a déclaré le président de la COSOB.

Capital de marché: 0,2% du PIB

Le marché algérien actuel représente environ 45 milliards AD, soit 0,2% du PIB, le "très petit" ratio en termes de potentiel économique du pays, a également déclaré Abdelhakim Berrah. Le marché algérien, à savoir la valeur marchande de la meilleure des six sociétés cotées à la Bourse d'Alger, est actuellement estimé à 44 888 milliards de DA, contre 43,935 milliards à fin 2018 et à 40,587 milliards en 2017 (+ 8,25%). a expliqué M. Berrah.
Cette amélioration est le résultat d'un important remboursement du marché principal (celui des grandes entreprises), qui a reçu environ 3 milliards USD, avec l'entrée de la société "AOM Invest" pour 347,79 millions AD de la part des PME sur le marché des capitaux. Cependant, avec un PIB de près de 2035 milliards de dollars en 2018, le capital de marché ne dépasse pas 0,22%. "Ce niveau de capital ne reflète pas la taille de l'économie algérienne.
Au moins 10% du PIB devrait être utilisé pour garantir une part de marché effective dans l’économie. En outre, il faut au moins vingt entreprises pour avoir un marché fort et des actions liquides ", a-t-il déclaré. Pour la ligne de titres cotée 27 (OAT), le montant total du montant actuel est de 456,316 milliards DA, contre 444,45 milliards DA. + 8,16% par rapport à 2017. Le montant total des OAT s'élevait à 40 552 milliards de livres sterling en 2018. En ce qui concerne le marché obligataire, aucune nouvelle introduction n'a été introduite en 2018. L'émission des derniers titres est cotée en 2009. Sur le marché des titres institutionnels, où Les cinq crédits sont en circulation (émis par FNI, MLA, SNL et SRH), un total d'obligations de meilleure qualité s'élèvent désormais à 166,8 milliards de livres, contre 168,2 milliards de livres en 2018 (+2,3%). La Bourse d'Alger, accompagnée de 11 BIO (Managers in La Market Market Cooperation, qui compte plus de 13 000 actionnaires, a par ailleurs été interrogée sur l'impact potentiel de la liquidité inhabituelle sur la bourse d'Alger. Cette méthode financière "n'a eu aucun effet sur le marché boursier".
Il reste à voir, se demanda-t-il, "si cet argent ne se produisait pas et si les banquiers étaient donc contraints de réduire leur argent, les sociétés entreraient sur le marché boursier?" .
Pour M. Berrah, "des liens ont été rassemblés aujourd'hui pour prendre le marché boursier". Pour une question sur le résultat du mouvement de la population, qui a débuté le 22 février, sur le comportement des entreprises, il a répondu: "Cette situation aura un impact positif sur le respect de la transparence." "Les défenseurs du public de manière plus transparente, notamment en ce qui concerne les marchés publics, les appels d'offres, la gestion des entreprises, offrent des opportunités et des terrains. Cette restructuration ne peut, une fois achevée, être positive pour le marché boursier," a expliqué.

—————————–

Quelle est la bourse?

La Bourse d'Alger, dénommée "Stock Exchange Management Company" (SGBV), a été créée en 1997 par six banques publiques du pays (BDL, BEA, BADR, CPA, BNA et CNEP) en tant qu'actionnaires. ). Il comprend, conformément à la loi n ° 93-10 du 23 mai 1993 relative aux organisations suivantes: – Société de bourse. – Garantie basée sur une garantie appelée Algeria Clearing, une société par actions détenue par des banques et des sociétés cotées. – Gestionnaires des activités boursières. – Commission d'organisation et de gestion des activités boursières (COSOB), qui est l'autorité de régulation du marché obligataire. La Bourse d’Alger compte actuellement six titres: El Aurassi, Saidal (public) et Assurance Assurance, NCA Rouiba, Biopharm et AOM Invest (privé), pour un total de 45 milliards USD, soit 0,2% du PIB. – 3 septembre 1999: Première liste à la Bourse d'Alger de l'entreprise commerciale ERIAD Sétif, qui ouvre 20% de son capital. La société a quitté la bourse en 2006. – 20 septembre 1999: Le groupe pharmaceutique public SAIDAL est répertorié. – 14 février 2000: l’hôtel public El-Aurassi fait son entrée en bourse. – 7 mars 2011: Alliance Assurances devient la première entreprise privée à se rendre au public. – 3 juin 2013: confidentialité de la société La nouvelle conserverie algérienne de Rouiba (NCA) est mise en bourse. – En mars 2016: Cela change le laboratoire privé de la médecine Biopharm à identifier. – 12 décembre 2018: AOM Investment Investment Company, établissement en développement et exploitation de projets touristiques entre à la Bourse d'Alger. – La Bourse d'Alger comprend trois marchés qui sont: – Le marché principal: le foyer des grandes entreprises. Maintenant, il s'agit de Saidal, El-Aurassi, Alliance Insurance, NCA-Rouiba et Biopharm. – marché des PME: il ne compte qu'une seule société (AOM Invest). – Emprunt avec une obligation de valeurs mobilières (émises par des sociétés par actions) et un marché barrière OAT, réservé à des obligations similaires émises par le trésor public. L’extrémité actuelle compte 27 lignes de plus de 450 milliards d’AD.

Laisser un commentaire