Assurance chômage: l'Allemagne plus sévère que la France à bien des égards – Économie


Dans son sens général, la réforme de l'assurance-chômage d'Edouard Philippe est semblable aux changements survenus en Allemagne sous l'ère Schröder. Il vise à encourager les candidats à reprendre leurs activités et activités. Cependant, la situation restera, à bien des égards, très forte en Allemagne.

En commençant par la période de contribution la plus basse pour obtenir des fonctionnalités de sécurité Après la réforme en France, il faudra au moins six mois de travail au cours des deux dernières années. En Allemagne, douze mois d’activité doivent être appropriés pour cette période. Cependant, il existe une règle décente et légitime jusqu'en 2022 (mais elle est souvent prolongée), pour ceux qui ont passé des contrats à long terme de dix semaines, avec un revenu total de 3 115 euros par mois. Dans ce cas, six mois d'activité suffisent.

La période de distribution est également courte en Allemagne. Ainsi, les moins de 50 ans ont droit à 12 mois maximum, deux fois moins que la France. Le ratio est égal à plus de 55 ans (18 mois contre 36 mois). La différence est définie à partir de 58 ans en Allemagne (24 mois). La période de compensation est souvent considérée comme légitime par rapport aux années de cotisation. Sans nouveau travail ou formation, les chômeurs sont réduits après un an à un niveau social inférieur, comme ceux qui n'ont jamais travaillé. SPD, partenaire d’Angela Merkel, demande une prolongation: trois mois pour une contribution de 20 ans, six mois pour 25 ans et neuf mois pour 30 ans, qui s’ajoute à l’enseignement pour prolonger la période d’attribution jusqu’à 36 mois.

Différence Est-Ouest. S'ils ne pensent pas à la réduction de leurs prestations, les chômeurs allemands reçoivent moins d'argent. Cette situation est décrite par la différence de plafond des contributions. En France, c'est plus de 13 000 euros. Allemagne, à partir de 6 150 euros (Est) à 6 700 euros (Ouest). Après la réforme, Paris envisage de ramener le plafond à 7 700 euros. Les Allemands mettent un peu d'argent dans le pot. De plus, selon le groupe d’impôt sur le revenu, une personne ayant des enfants peut gagner entre 2 000 et 2 600 euros d’impôt dans la RDA du passé, entre 2 240 et 2 775 euros dans le nord. Cela équivaut à un montant ne dépassant pas 4 400 euros avant déduction et les cotisations de sécurité sociale sont utilisées pour ces revenus plutôt que.

La méthode de calcul est peut-être la plus belle d’Allemagne. La restriction concerne 60% du salaire journalier (contre 57% en France), et même 67% si le bénéficiaire reçoit une assistance familiale. Cependant, avec cela peut concilier des objets, l'aide fiscale pour la famille est, entre la moitié des actions pour enfants et la taxe résiduelle, le plus important dans le monde en France.

En l'absence de repos normal, les travailleurs allemands n'ont aucune difficulté à attendre. Il peut atteindre 12 semaines si la propriété s'en va toute seule.

Dans son organisation actuelle, l’assurance chômage est plus avantageuse pour les employeurs allemands. Les entreprises ne craignent pas la pénalité pour une série de courtes transactions. Le taux de cotisation est également tombé à 2,5% depuis le 1er janvier (il passera à 2,6% en 2023). France, l’échantillon se situe sur le score de 4%. Berlin peut se permettre: tirée par la situation économique depuis 2010, l'assurance-chômage dispose de 23,5 milliards d'euros de réserves. En France, le système compte 35 milliards de dettes.

Laisser un commentaire