Le ministre de l'agriculture promet "très rapidement" une aide aux agriculteurs


Cheval a été particulièrement touché par la canicule de juin. – Jean-François MONIER / AFP

Le climat, qui a causé de gros dégâts aux agriculteurs. En juin, les records de température ont été décomposés en France. Pour aider les opérateurs, le ministre
L'agriculture a promis vendredi des mesures de soutien "très rapidement", notamment dans l'Hérault et le Gard.

"Nous allons essayer de prendre des mesures rapides pour aider les agriculteurs, notamment en matière de secours fonciers défavorables (et) à modifier les cotisations sociales", a déclaré Didier Guillaume, lors de la lettre d'information dans le vignoble incendié par Costières, près de Nîmes.

Couverture d'assurance "tous les agriculteurs"

Pour les agriculteurs, la vague de chaleur est une "catastrophe" qui "va se reproduire" à cause du changement climatique: "Qu'est-ce qui était (était) mille ans aujourd'hui et mille ans et ce type d'accident continuera à se produire", a-t-il souligné, soulignant la nécessité de changer le régime d'assurance des agriculteurs. "Lorsque nous ne sommes pas assurés, malheureusement, nous ne sommes pas très probables. C'est pourquoi j'ai lancé un mois pour réfléchir au nouveau système d'assurance qui permettrait à tous les agriculteurs" d'être couverts ", a-t-il déclaré.

"Il est plus facile de donner une arme à feu ou de voter que d'assurer le ciel et la terre", mais "cette assurance devrait être étendue de manière à ce que de nombreux agriculteurs puissent jouer haut et que la coopération puisse jouer", a-t-il ajouté. Le ministre dit d'abord aux "travaux agricoles" d'y réfléchir, avant de "parler" à l'assurance.

Le 28 juin, jour rouge du Gard, de l'Hérault, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône, la chaleur atteignit le record historique en France, à 45,9 ° C à Gallargues-le-Montueux (Gard).

Plantés par des fermes avicoles

Selon des estimations préliminaires, des températures élevées et des températures supérieures à 41 degrés ont affecté la troisième partie du visage de l'Hérault et touché plusieurs milliers d'hectares. Bien que la viticulture soit l’industrie la plus touchée, les producteurs d’abricots, de pommes et de métaux ont également subi des actes de torture. Deux élevages de poulets dans l’Hérault ont diminué et 1 250 animaux sont morts.

Dans le jardin, l'évaluation est toujours en cours, mais selon la première enquête envoyée à l'AFP et à l'association agricole, une centaine d'exploitations sont impliquées sur plus de 1 000 hectares, notamment en viticulture. Le rendement moyen des cultures atteint 100%.

En plus des demandes d'indemnisation, certains agriculteurs affirment que la profession est sous le feu de l'action et demandent que des mesures soient prises pour ses raisons. Pour l'indépendance des agriculteurs, cette partie de la vague de chaleur constitue "de nouvelles manifestations, le cas échéant, des conditions météorologiques critiques".



268

partages

Laisser un commentaire