L'Algérie a été couronnée, Paris et ses quartiers pleins


18h11: A 15 heures du match, les drapeaux et les chandails algériens sont déjà au centre de la ville de Bondy. Dans le cercle de l'église, nous soufflons plus de cornes que d'habitude (pour ceux qui connaissent la région, cela signifie que nous avons plus de cornes).

20h: Au milieu de Bondy, certains débarquent déjà sur la terrasse des restaurants environnants. Nous rencontrons un père qui emmène un fils d'un an ou deux à un piéton. Il lance son tonnerre pour la journée: un petit drapeau algérien. Qu'attendais-tu?

8h11: Ceux qui sont déjà dans le match, Route 4 entre les Aubervilliers et Pantin, ce sont … des policiers. Ils sont partout. Nous les voyons contrôler trois adolescents sur une moto. Ils n'ont vraiment pas d'assurance ou d'autres documents. Leurs scooters sont sensibilisés, ils seront enfermés. La tolérance zéro, ce soir, est claire.

20h54: En cristal bleu, bar à partir du 11èmeec'est le Sénégal qui règne. Il y a des gens qui portent du vert, du rouge, un t-shirt, un jean, une combinaison, comme vous voulez. C'est fou. La foule sympathique chante l'hymne national sénégalais ci-dessus avec leurs voix. Sur les visages, on voit des larmes et des sourires.

21h: le match commence. Dans les rues de Bondy, il n'y a que des gens qui sont en retard pour voir le match. On dirait Bondy pendant une petite pause, pendant le ramadan.

21h02: Bounedjah ouvre le score pour l'Algérie à partir du 2ee Les minutes du jeu. Sur les balcons des bâtiments, les terrasses des cafés, la chicha et les cafés de la région, tous dans le même cri. On pensait que personne ne restait dans la rue mais il y avait quelques coins.

21h03: À la SQ du Sénégal dans le 11èmeenous analysons ce qui s'est passé. "Vous voyez, notre défense centrale est généralement réservée aux non-signataires. Un attaquant algérien, ce mec, comment s'appelle-t-il? C'est un danger pour tous les matchs! Je voulais que Koulibaly soit ici. Quand je le verrai, j'en suis sûr. : Kalidou Koulibaly, chef de la défense sénégalaise, a été suspendu.

21h15: Un supporter sénégalais entouré de la population algérienne a rendu public son précieux cadeau. Son défi pour elle. Tacos (une version de quartier, pas mexicaine, hein) était bien placé, qu'il avait présenté comme partenaire pendant le match. "Zhommes" le regardant du coin de l'œil. Tacos, pas le Sénégal.

21h28: Fatoumata, une lycéenne de 16 ans, est venue aider le Sénégal à Paris. Ses ongles sont faits d'usage: étoiles vertes, jaunes, rouges et petites sur le majeur. "Pour la première fois, j'ai vu l'histoire être écrite", a-t-elle déclaré, les yeux brillants. En 2002 (le Sénégal a atteint la huitième finale de la Coupe du monde, ndlr), m'a-t-on dit. Mais cette année, la coupe sera la nôtre! "

21h37: Retour au Sénégal. Ici, l'ambiance est très festive. Malgré le score, le lion domine et l'excitation grandit ici. La grève de gauche de M. Niang a fait exploser toute la communauté. "Il peut nous sauver! Il vient de remporter la Coupe de France et il est en forme! Mais son problème est qu'il tombe vite." D'autres discutent de l'élection et changent Aliou Cissé, l'entraîneur. Ici, tout le monde est entraîneur.

21h44: Au TDTF, à Laumière, notre correspondant Mohamed Errami surveille le match pour ne rien faire.

21h52: Toujours fier et optimiste entre le Sénégal. Ameth est nostalgique: "En voyant ce scénario et les drapeaux qui flottent, je pense à la Coupe du monde de 2002, en finale de la CAN contre le Cameroun la même année. Mais cette année, ce ne sera pas la même chose. Nous allons gagner."

22h13: Une force de police brûle à notre hauteur, à Pantin. "Alors qu'est-ce que cela offre? 1-0 à l'Algérie, monsieur l'agent." Combien d'heures il reste? Une demi-heure c'est bien, monsieur l'agent. Nous voyons l'un des cinq policiers paralysé. Nous nous moquons de lui: "Ce n'était pas bon, hein? Son collègue répond:" Non, de toute façon, si ça gagne ou perd, certains vont frauder le bordel … "Il est soutenu qu'à notre avis, ce n'est pas bon. fête, "répond-il en riant. Nous rions un peu en leur disant que tout irait bien. Ils recommencent en nous souhaitant une bonne soirée.

22h19: L'arbitre nourrit la pénalité. 11 fans sénégalaise crier leur joie! " Je vous l'avais bien dit! Dit Aliou, un vendeur de téléphone âgé de 35 ans. Nous allons équilibrer et prendre notre revanche! Ils ne peuvent pas nous battre deux fois! Cette année, à nous de jouer! Il est temps que le pays marque l'histoire! "

22h21: Après avoir consulté la vidéo, l'arbitre revient à sa décision. Dans ce restaurant de Pantin acquis à cause de l'Algérie, nous le célébrons comme un objectif. 1, 2, 3, vivent en Algérie! 1, 2, 3, vivent en Algérie! Par contre, nous n'osons pas imaginer la réponse d'Aliou.

22h27: Trois Marocains regardent un match au TDTF, barre à partir de 19he Arrondissement. L'un d'entre eux est sous pression car il charge 25 euros dans la victoire algérienne. Niang devance Mbolhi, le gardien algérien, et ne parvient pas à égaliser. La salle à manger de son ami: "Même ton billet, il a crié!"

22h46: Une analyse footballistique sur Idriss, consultant football du restaurant "Les 2 Frères" à Pantin. «Ils n'ont pas été forcés de manger du thieb, le Sénégal, pas bon, là-bas. Elle répète ses blagues trois ou quatre fois devant différents immigrants, au lieu de se vanter de ses effets.

23h: Dès le coup de sifflet, les gens affluent vers les Quatre-Chemins, Aubervilliers (qui tire son nom). Ça vient de partout, c'est intéressant. Cela ressemble à l'événement du Roi Lion où tous les animaux de la savane se rassemblent à l'endroit pour découvrir le lion. En trois minutes, la foule est pleine de gens et couverte de fumée rouge et verte.

23h01: Un incident à Bondy, ville écoresponsable. Bien que certains réfractaires arrivent encore en voiture ou en moto (ils aiment le klaxon dont il a besoin), il reste beaucoup de terrain entre les pieds, un vélo ou une moto. Célébration avec une empreinte carbone.

23h04: Dans 4-Way, la police sont des partenaires. CRS, BAC, BST, gendarmes … Certaines unités sont déjà là, flashball à la main, bouclier en place, prêt à se battre. Enfin, ils resteront sous enquête, la partie se déroulant dans un environnement familial sans combats.

23h05: Au Sénégal, au 11èmeela convoitise dans le temps donne la joie et la fierté. " Ils pulvérisent tous des maillotsdit un garçon de Massy-Palaiseau. C'est le football et c'était le dernier. Il fallait un vainqueur et le ballon décidé pour l'Algérie. Nous continuerons à inspirer nos joueurs. Nous sommes très fiers. "

23h11: Amel, 25 ans, philosophe de Bondy. "Pourquoi aller aux champs quand vous devez sortir?"

23h16: Sur les épaules de son père, l'enfant pose une question à son père et veut savoir si les appareils d'incendie utilisés proviennent de l'industrie du recyclage. "Papa, c'est le pétard du 14 juillet?"

23h00: salle commune des Aubervilliers. Trois hommes dans leurs séances, portant un drapeau algérien sur le dos, sont responsables de la circulation sur l'autoroute de la ville. Quelle est la responsabilité du peuple.

23h20: A Bondy, le centre-ville est complètement vide. Yanis, 30 ans, s'émerveille "C'est dangereux, vraiment. Je ne sais pas si c'était la volonté de la ville ou juste une panne technique, mais ce n'est pas ce qui va nous pousser. Nous gérons autant que possible." Traduction: avec des lumières de téléphone et de voiture.

23h25: À Quatre-Chemins, dans une boulangerie, une femme arrive en souriant: "1, 2, 3, vis en Algérie! Alors, le pain est-il gratuit?" C'était bien testé. Mais les affaires sont les affaires, la fin de ne pas recevoir Karim le boulanger. (Et oui, à Quatre-Chemins, le bacon ferme à 14h ou 15h, il y en a même un sur 24/24.

23h28: Les supporters sénégalais sont là, dans le centre de l'Algérie, parfois un peu en arrière. Ils sourient, ils se complimentent. Certains se sont même laissé faire quelques pas pour jouer. Les opposants qui ne le sont pas.

23h49: Dans une voiture très poussiéreuse, les supporters algériens incluent "The Zhomme" (oui, il manquait s). Le Sénégal arrive et ajoute en riant: "lette". Environnement de petite pièce agréable.

00h26: Dans la basilique Saint-Denis, une poignée d'épouses kabyles jouent sur la place et célèbrent la victoire. C'est bon

00:44: À Barbès, les escaliers menant au métro servent de bal aux danseurs algériens ou algériens qui y sont. Le public, les résidents sont là et ils regardent en souriant. La mère prend les choses à la main. Enfin, la derbouka est livrée. Il fait le tour de ce monde magnifique avec une bonne main. Il y a des jeunes hommes, des vieillards, des hommes, des femmes.

1h12: Une petite fille d'environ dix ans, sur les épaules de sa mère, commence à frapper "Kassaman", une chanson algérienne à pleins poumons. Une foule de gens le suit. Et il a un orage à la fin. Un incident qui transporte un père qui regarde de loin.

1h30: À Barbès, la fête continue. De l’autre côté de la rue, onze policiers de la ville l’observent, leur sourient et toussent.

2h01: À Saint-Denis, on entend au loin un cornet dans la nuit noire. La fête n'est pas finie.

Soraya BOUBAYA, Mohamed ERRAMI, Sarah ICHOU, Kab NIANG, Ilyes RAMDANI

Laisser un commentaire