Résultats pour 2019 S1: tous les avantages de la vérification CNP sont élevés


Au premier semestre 2019, CNP Assurances a enregistré une augmentation de son résultat net et de son chiffre d'affaires. Cependant, l'environnement de taux d'intérêt bas en Europe punit les assureurs sur son taux d'activité nouvelle et son taux de couverture SCR.

Avec un chiffre d'affaires de 3,6% d'euros à 17,6 milliards d'euros (+ 4,6% en l'état), CNP Assurances a réalisé un bénéfice total au premier semestre 2019. De 2,3% à 687 millions d'euros (+ 3,3% en taux de change et fréquence régulier).

En France, les assureurs ont réalisé un chiffre d'affaires de 3,9% à 11,9 milliards d'euros sur la même période. Dans le détail, les activités d'épargne et de retraite en euro ont progressé d'environ 9%, tandis que celles en UC ont diminué de 6,3% au cours des six premiers mois de l'année. "La part en UC est légèrement inférieure, principalement parce que nous avons reçu moins de transferts de Fourgous, mais elle reste à 20,4%"dit Thomas Béhar, directeur financier du groupe. De son côté, les activités de défense et de défense en France ont enregistré une vente en baisse de 2% à 1,2 milliard d'euros. "Le nouveau volume des transactions est passé de 19,7% fin 2018 à 13,3% à la fin du premier semestre, principalement en raison de la pression liée à la forte baisse des taux."poursuit Thomas Behar.

En Europe (hors France), le groupe est également confronté à des taux d’intérêt bas. Avec un chiffre d’affaires en baisse de 5,3% à 2,5 milliards d’euros, CNP Assurances enregistre une réduction de 22,4% de son épargne / retraite chez UC, principalement en raison de: "La vente de biens en Italie dont la vente a été interrompue en raison d'un changement juridique"dit Thomas Behar. Cependant, les ventes des activités de pension et de défense ont progressé d’environ 7% sur la même période, en grande partie grâce à CNP Santander.

En dehors de l'Europe, l'Amérique du Sud a vu ses ventes augmenter de 10,6% (+ 16,3% à taux de change normaux) à 3,2 milliards d'euros et continuer à exploiter l'activité du groupe, notamment dans l'épargne retraite, où elle a progressé de 16,7% en euros 2,4 milliards.

Globalement, si le groupe enregistre un chiffre d'affaires courant du groupe atteignant 1,1%, le taux d'activité nouvelle est passé à 16,9% sur le trimestre (contre 21,3% à fin 2018) en raison de l'impact des taux. taux d'intérêt bas en Europe. L'environnement de taux bas, qui reflète également le ratio de placement de la société (SCR), qui s'élevait à 169% à la fin de juin 2019, contre 187% à la fin de 2018.

Droit des contrats

Parmi les priorités stratégiques du groupe figure le droit des contrats, dont Antoine Lissowski, directeur général de CNP Assurances, se félicite. "Dos à dos". "Cette législation nous permettra de travailler plus efficacement au mieux de nos clients"explique ce dernier.

C'est pourquoi CNP Assurances, qui cherche à accélérer la victoire de nouveaux clients, veut profiter de cette loi pour repenser et modifier ses offres. "En assurance vie, la possibilité de modifier les contrats sans perdre l’hommage à l’art original devrait inciter la profession à surveiller en permanence ses clients. En coulisse, nous devons communiquer plus largement et avec des taux d’intérêt plus bas, si d’autres ont choisi d’être une élite en ne proposant que des UC, nous voulons de notre côté leur fournir de bons produits et une bonne liquidité, qui fait partie de la garantie UCU / Euro "poursuit Antoine Lissowski.

Et enfin ajouter"À long terme, l'intégration des activités d'assurances multirisques dans la fusion La Banque nous permettra également d'actualiser nos conversations avec nos clients. Avec LBP, nous repenserons notre marque et développerons nos futurs produits en fonction des besoins de nos clients.".

Priorités stratégiques

Si l’IARD est clairement une vision diversifiée de l’assurance, entre autres stratégies du groupe, le CNP s’appuie sur le développement de nouveaux partenariats en Europe, en particulier dans les versions finales.

La société – dont les actions devraient émerger – et qui a prolongé la date d'expiration d'un accord de partenariat avec BPCE jusqu'au 31 décembre 2030 (par rapport à 2022 planifiée à l'avance) souhaite également élargir son modèle de travail en matière d'économies substantielles. En ce sens, le CNP prévoit d’accroître de 80% ses processus d’ici 2022 et de "Nous prévoyons également de conserver une économie constante en euros d'environ 45 millions d'euros d'ici 2021"dit Antoine Lissowski. L’assureur souhaite augmenter ses coûts de gestion en économies avec l’emprunteur ainsi qu'en coûts de main-d’œuvre, grâce à: "Travaux d'ingénierie" .

Laisser un commentaire